Séance du GRHED – Lundi 18 mai 2015

La prochaine séance du GRHED se tiendra Lundi 18 mai à 17h45 en salle A (Haut de Jardin) de la Bibliothèque nationale de France et sera consacrée au film :

Les Messagers, un documentaire de Hélène Crouzillat et de Laetitia Tura, 2014. Durée 1h10.
En salle depuis le 8 avril dernier.
www.primaluce.fr/portfolio/les-messagers.

La séance sera présentée par Audrey Leblanc (EHESS – Lhivic) en présence de la cinéaste Laetitia Tura

La projection débutera à 18h.

  • Synopsis.

Du Sahara à Melilla, des témoins racontent la façon dont ils ont frôlé la mort, qui a emporté leurs compagnons de route, migrants  littéralement et symboliquement engloutis dans la frontière. « Ils sont où tous les gens partis et jamais arrivés ? »

Les Messagers se poste sur la frêle limite qui sépare les migrants vivants des migrants morts. Cette focalisation sur les morts sans sépulture interroge la part fantôme de l’Europe.  — Charlotte Garson pour le Catalogue du Cinéma du Réel 2014

  • La Mise en scène.

Le dispositif filmique choisi ne saurait donner l’illusion au spectateur de partager la tragédie des migrants qui disparaissent. Nous – Européennes – ne saurions rendre visibles les disparitions en nous mettant dans les pas des migrants, en empruntant leur trajet, leurs risques, en accourant après un naufrage. Ce serait une imposture affublée d’une ambition malsaine et matériellement difficile. Le film repose sur l’articulation des témoignages avec les lieux de disparition au Maroc et dans les eaux territoriales. Composé de photographies et de vidéo, chaque médium a une fonction spécifique. La vidéo est en premier lieu réservée à la parole des migrants, car témoignant, ils résistent à leur disparition, ils sont en mouvement.

L’image fixe raconte le monde du transit, de la  mise à l’écart et la disparition dans le territoire. Elle construit l’invisibilité, et donne une image à la disparition.

La disparition c’est autant l’invisibilité des faits que l’absence des corps. Il n’y a rien à voir de ces disparitions. Le regard se perd dans les paysages étonnamment calmes, dans les grandes étendues et la ligne d’horizon.

Puis on passe aux lignes dures de la barrière. Ici, le temps est en suspens, la confrontation immédiate. Des hommes sont morts et pour autant, leur corps a disparu. La fixité de l’image raconte ce qu’il nous est interdit de voir : la disparition de la disparition.

Au gré des espaces, des éléments naturels transversaux se dessinent, comme le désert et la mer. Renvoyant à un milieu naturel hostile et dangereux, ils ancrent le film dans une dimension universelle et atemporelle.

Ils rappellent l’inanité des frontières, pièces rajoutées dans des espaces vastes et imposants.

La mer, par ses couleurs,  séduit de prime abord, elle est le lieu du possible, la dernière barrière. Puis elle se dévoile comme le lieu d’un découpage des eaux territoriales, maillé de « lignes imaginaires ». Peu à peu, elle devient une figure du danger, engloutissant les corps et les rejetant parfois sur les côtes.

Hors du temps, et pleinement dans l’histoire, ces paysages rendent palpables ce qui n’est pas visible : les fantômes des disparus. — Extraits du dossier de presse Les Messagers.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.