LES RENDEZ-VOUS DES TROIS LUMIÈRES – Kseniia Chepurko – 24 mars 2021

Coupure de presse, annonce publicitaire dans La vie parisienne, 18.02.1939, Source : Gallica ; Coupure de presse, article « Abel Gance : A 80 ans, le cinéma c’est une course contre la montre », dans Paris-presse, L’Intransigeant, 27.09.1969, Source : Retronews.

 

« Faire l’histoire d’un film qui n’a jamais existé. Réflexions méthodologiques autour de Christophe Colomb d’Abel Gance » 

 Entrepris à plusieurs reprises entre 1937 et 1973, Christophe Colomb est le projet inabouti sur lequel Abel Gance a travaillé le plus de temps. D’abord imaginé comme une superproduction internationale en couleurs, avec des tournages en trois langues sur les lieux des événements, il se transforme dans les années 1960 en une série télévisée pour l’O.R.T.F. Le destin de ce film est profondément lié à l’évolution politique internationale et aux bouleversements du XXème siècle qui affectent aussi la vie personnelle du réalisateur. La volonté d’Abel Gance de faire Christophe Colomb donne naissance à plusieurs projets afférents, commerciaux et politiques, notamment deux tentatives de monter un projet d’affaires cinématographiques en Amérique du Sud, en 1937-1939 et en 1941, ainsi que la promotion du Pictographe en Espagne.

 

Kseniia Chepurko est doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en histoire du cinéma (ED 441), ainsi que chercheuse invitée à la Cinémathèque Française (Bourse Jean-Baptiste Siegel). Sa thèse intitulée « Christophe Colomb d’Abel Gance » sous la direction de Dimitri Vezyroglou, se donne pour but de reconstruire en détail le projet du film Christophe Colomb, jamais concrétisé. 

 

Informations pratiques : 
La séance se tiendra en visioconférence, par Zoom. 
Les identifiants de connexion seront transmis sur demande à l’adresse suivante : 
lestrois3lumieres@gmail.com à partir de 20 mars. 

SOUTENANCE DE THÈSE – Marie-Charlotte Téchené

Portrait de Jean Epstein. Crédits : La Cinémathèque française.

 

L’ED 441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Marie-Charlotte Téchené, préparée sous la direction de Sylvie Lindeperg et Dimitri Vezyroglou

« Des ondes pour nous imperceptibles »
L’enseignement du cinéma selon Jean Epstein : création et résonances.
Des années 1940 aux années 1980

Vendredi 5 mars 2021 à 9h,
en Sorbonne, salle Jean-Baptiste Duroselle

Jury
Roxane Hamery, Maître de conférences HDR, Université Rennes 2
Sylvie Lindeperg, Professeure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
François Thomas, Professeur, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle
Dimitri Vezyroglou, Maître de conférences HDR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Dork Zabunyan, Professeur, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

Résumé
Par quels moyens le cinéma dévoile-t-il des phénomènes qui, d’ordinaire, se dérobent à notre perception ? Cette question, qui hante l’œuvre du cinéaste et théoricien français Jean Epstein (1897-1953), se situe au fondement de son enseignement du cinéma. En occupant la chaire d’esthétique de l’Institut des Hautes Études Cinématographiques (IDHEC) durant l’automne 1945, Jean Epstein accompagna les premiers pas de ce qui deviendra l’École nationale supérieure des images et du son (FÉMIS). Or, celle-ci ayant été créée sous l’Occupation (1943), suivre le parcours d’Epstein, que la législation antisémite de Vichy tenait alors à l’écart de son environnement professionnel, nous conduit à traverser cette époque troublée et à interroger les enjeux institutionnels et politiques qui présidèrent à la fondation de l’IDHEC et de l’institution qui lui préexista, le Centre artistique des jeunes du cinéma (CATJC). Suite à l’entrée en guerre de la France, Jean Epstein développa plusieurs projets de films de propagande destinés à soutenir l’effort de guerre.    
    Si le cinéaste a déploré le rendez-vous manqué entre son enseignement et le public auquel il le destinait, ses réflexions résonnèrent hors des murs de l’IDHEC pour atteindre des cinéastes et des intellectuels tels que Maya Deren, Zbigniew Czeczot-Gawrak ou encore Jean-Luc Godard. Loin de situer l’analyse de leurs relations avec Jean Epstein dans une logique d’influence, cette thèse s’efforce de montrer comment, grâce à la rencontre de leurs pensées respectives, peut se faire jour la notion de pédagogie cinématographique.

CYCLE HOMMAGE A HENRI DIAMANT-BERGER à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

 

CYCLE HOMMAGE A HENRI DIAMANT (1)

         Les Trois Mousquetaires d’Henri Diamant-Berger 


Hommage à Henri Diamant-Berger
Du 5 au 31 Mai 2016

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé et Jérôme Diamant-Berger présentent un cycle de films consacré à l’œuvre d’Henri Diamant-Berger, qui a offert au cinéma français certains de ses films et vedettes les plus emblématiques.

Dans sa longue et belle carrière, Henri Diamant-Berger aura fait tourner Max Linder, Maurice Chevalier, Harry Baur, Erich Von Stroheim, Pierre Fresnay, Francis Blanche, Bourvil, Louis De Funès, Michel Serrault, Emmanuelle Riva, Jeanne Moreau et tant d’autres….Il aura produit les premiers films de René Clair, de Robert Dhéry et de Jean-Pierre Mocky et eut pour assistant Claude Autant-Lara, Robert Bresson et Henri Georges Clouzot.

Né en 1895 avec le cinématographe, Henri Diamant-Berger a consacré son existence au cinéma. À 25 ans, il a déjà mis en scène de nombreux films, écrit divers scénarios et dirigé pendant trois ans l’une des plus prestigieuses revues cinématographiques de l’époque. Fervent défenseur du cinéma en tant qu’art, il ne dénigre pourtant pas le cinéma populaire, qui va lui offrir ses plus grands succès.

Durant quatre semaines, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé et Jérôme Diamant-Berger se proposent de revenir sur les débuts de l’œuvre d’Henri Diamant Berger. De sa collaboration avec Maurice Chevalier, figure intemporelle du cinéma français, à la première version muette en 1921 des « Trois Mousquetaires » (en 14 épisodes) produite par Pathé-Consortium, les spectateurs pourront découvrir une programmation inédite de films muets, pour la première fois réunis, et qui mettront à l’honneur sa contribution au patrimoine cinématographique.

Les séances sont accompagnées au piano par Emmanuel Birnbaum.

A l’occasion du cycle Hommage à Henri Diamant-Berger, Béatrice Thiriet assurera l’accompagnement musical de certaines projections (Les Jeudi 5, Vendredi 6, Samedi 7, Jeudi 26, Vendredi 27, Mardi 31 mai 2016). Compositrice française, elle écrit notamment la musique des films de Pascale Ferran comme par exemple L’Age des possibles en 1994, Lady Chatterley en 2006 et Bird People en 2014 pour lequel elle reçoit une nomination aux Césars. Elle collabore également avec Dominique Cabrera, Jacques Deschamps ou encore Xavier Durringer. 

Séance Spéciale présentée par Jérôme Diamant-Berger 
Le 7 Mai à 16h

Le petit-fils du réalisateur Henri Diamant-Berger introduira le documentaire Le Cinéma de Grand-Père de Liliane de Kermadec, suivi de son court-métrage de fiction 3D, Shooting.

Séminaire Doct’ISOR

Séminaire Doct’ISOR
En partenariat avec Les Trois Lumières

Le séminaire Doct’Isor, créé en 2014 par les doctorants de l’équipe Images, Sociétés, Représentations (ISOR) du Centre de Recherche en Histoire du XIXe siècle (CRHXIX), permet à de jeunes chercheurs de présenter leurs travaux et d’échanger autour de questionnements méthodologiques et épistémologiques rencontrés dans le cadre de leurs recherches.
Axe 1 : Représentation(s)/imaginaire(s)
Axe 2 : Histoire sociale, histoire des médias
Axe 3 : Récit, fiction et histoire

De 17h à 18h30, Salle 19B (sous-sol) du centre Panthéon, Paris I Panthéon-Sorbonne

24 Février : Maria Julia De Vinatea Bouyau (Centre d’Études du Brésil et de l’Atlantique Sud / FRAMESPA – Paris IV- Sorbonne),
Photographies méconnues des sociétés post-esclavagistes : Les nourrices noires domestiques de l’élite péruvienne (1854-1910).

9 Mars : Victoria Afanasyeva (CRHXIXe -ISOR – Paris I Panthéon-Sorbonne),
Conférences antialcooliques par T.S.F. dans les années 1930 : comment lire la source destinée à être écoutée ?

23 Mars : Aïcha Salmon (CRHXIXe – Paris I Panthéon-Sorbonne),
Mariage et divorce à la Belle Epoque : une enquête du Matin entre réalité et fiction.

30 Mars : Antoine Guichard (CRHXIXe – Paris I Panthéon-Sorbonne),
Naissance d’un mot : « cinéaste ».

6 Avril : Marie-Charlotte Téchéné (HiCSA – Paris I Panthéon-Sorbonne),
Des ondes pour nous imperceptibles. La pédagogie du cinéma selon Jean Epstein.

4 mai : Lisa Zermati (M1 Histoire et Audiovisuel – Paris I Panthéon-Sorbonne),
Les Représentations de Gilles de Rais.

18 Mai : Astrid Marabet (Paris IV – Sorbonne),
Les « héroïnes de papier » des années 50, l’aventure est en cuisine.

25 mai : Claire-Lise Gaillard (CRHXIXe – Paris I Panthéon-Sorbonne),
La Midinette en représentations : Images du pittoresque parisien du début du XXe siècle.

8 Juin : Victor Barbat (HiCSA – Paris I Panthéon-Sorbonne),
Le paradigme de l’opérateur-monteur: le travail de prémontage dans les actualités soviétiques des années 1930.

Organisateurs : Victoria Afanasyeva, doctorante contractuelle; Marine Becarelli, doctorante; Julien Centrès, doctorant; Eve Givois, doctorante; Merlin Lambert, Master 2 Histoire & Audiovisuel; Erwan Pointeau-Lagadec, doctorant contractuel.

Rencontres de la Cinémathèque Universitaire

Rencontres de la Cinémathèque Universitaire
“Hommage à Chantal Akerman”

Jeudi 3 décembre de 17h à 20h – Auditorium de l’INHA
2 rue Vivienne 75002 Paris

Co-organisation : IRCAV (Paris 3) et HiCSA (Paris 1)

Projection du film Les rendez-vous d’Anna (1978) de Chantal Akerman suivie d’un dialogue entre Dominique Païni et Sylvie Lindeperg.

Anna, jeune cinéaste parisienne, voyage de ville en ville pour présenter ses films entre l’Italie, l’Allemagne, la Belgique et la France. Cette vie de transit de trains en chambres d’hôtel l’amène à faire des rencontres d’hommes et de femmes, à retrouver des visages connus, comme celui de sa mère, sur le quai de la gare de Bruxelles. Chantal Akerman pose un regard attentif sur ces êtres traversés par l’amour, l’attachement et la sympathie, mais toujours rendus à leur solitude primordiale. On se croise, mais quelle rencontre est encore possible ? Autant de stations d’une errance circulaire dessinant une communauté de déshérence : « Europe année zéro ».

Rencontre CU_vf