Colloque “Le geste filmé”

Colloque international
Le geste filmé : temporalité, mémoire

16 et 17 novembre 2015 – INHA
Salle Vasari, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Porteurs du projet : Christa Blümlinger et Mathias Lavin

À partir de la question du geste filmé, ce colloque développera une réflexion théorique sur le cinéma comme art du temps, en tenant compte des transformations et hybridations récentes qui ont affecté le médium cinématographique.

En privilégiant un dialogue entre sciences, arts et techniques autour de questions de temporalités, de mémoire et de perception, la réflexion prendra acte d’un tournant anthropologique au sein des études de cinéma et des médias, tout en invitant à interroger la relation entre corps et machine. Il s’agit ainsi de revenir de manière circonstanciée sur la question du geste quand celui-ci s’inscrit dans un dispositif audiovisuel. En somme, de Muybridge à la motion capture, il s’agit de se demander en quoi le dispositif d’inscription ou d’enregistrement apporte une singularité, une autre dimension, au geste, voire comment il le programme ou l’invente.

Programme : cliquez ici
Informations : Labex Arts H2H

Vidéo des premiers temps

Trois rendez-vous « Vidéo des premiers temps »

Mardi 10 novembre à 18h, au Forum des images (salle 50, entrée libre) :
Conférence-projection « Performance et vidéo des premiers temps au Brésil » par André Parente, artiste et chercheur invité par le Labex Arts-H2H au sein du programme « Le Geste filmé : temporalité, mémoire » En savoir plus

Lundi 16 novembre à 19h, au Centre Pompidou (Cinéma 2, entrée libre) :
Conférence-projection « Moments de Jean-Louis Boissier » avec l’artiste
En savoir plus

Jeudi 17 décembre et Vendredi 18 décembre, au Centre Pompidou (Cinéma 1) et à la BnF (Petit auditorium) (entré libre) : Colloque de clôture du programme « Cinéma/Vidéo, art et politique en France depuis 1968 : dispositifs, archives, numérique » porté par le Labex Arts-H2H avec entre autres la BnF, le Centre Pompidou, le CNC, les universités Paris 8 et Paris 3 (2012-2015), dans le cadre duquel se sont déroulées les premières saisons du séminaire.

Site web Email 
Responsables « Vidéo des premiers temps » : Alain Carou (BnF, département de l’Audiovisuel), Hélène Fleckinger (Université Paris 8, ESTCA / Labex Arts-H2H), Sébastien Layerle (Université Paris 3, IRCAV)

Colloque international IRCAC 2015

Colloque international (IRCAV 2015)
Représentations-limites des corps sexuels dans le cinéma et l’audiovisuel contemporains

Date : 26 et 27 novembre 2015
Lieu : INHA (salle Vasari), 2 rue Vivienne, Paris
Organisateurs : Antoine Gaudin, Martin Goutte, Barbara Laborde

Programme – cliquez-ici

À travers la notion de “représentation-limite”, ce colloque propose une réflexion collective sur les enjeux esthétiques, politiques, économiques, anthropologiques et culturels des figurations de la sexualité humaine qui, aujourd’hui, pour diverses raisons, “posent problème” dans l’espace public.
Pour cela, il rassemble plusieurs orientations de recherche relativement récentes en France dans les domaines du cinéma et de l’audiovisuel, aussi bien en termes d’objets (cinéma contemporain, vidéos Youtube, films pornographiques, etc.) que de disciplines (études visuelles et culturelles, Queer Studies, etc.).
Les interventions traiteront de la perpétuelle redéfinition des “limites” (juridiques, formelles, morales, politiques, etc.) assignées à la représentation des corps sexuels au cinéma et dans les médias audiovisuels.
La réflexion sur cette évolution des frontières de l’”acceptable” sera aussi l’occasion de questionner la construction des normes par rapport auxquelles on juge du caractère problématique ou non d’une représentation.
Une attention toute particulière est ainsi portée aux enjeux qu’impliquent d’une part les derniers bouleversements technologiques et industriels affectant les dispositifs de production et de circulation des images (numérique, Web 2.0, etc.), et d’autre part les variations des imaginaires collectifs sur des questions liées à la politique des corps sexués (différences d’identités sexuelles, transgenre, pornographie, handicap violences sexuelles, etc.).
Les questionnements socio-historiques sur les processus de constitution de ces “limites” pourront ainsi se mêler à l’examen, sur le plan esthétique et culturel, des productions audiovisuelles qui les transgressent, des usages qui les questionnent, et des changements que ces productions entraînent (ou non) dans notre environnement quotidien d’images – voire, à terme, à l’intérieur des mentalités de notre temps.

Complément en ligne : https://www.facebook.com/events/459370870938795/ 

Projet DokEst89

Projet DokEst89  

Colloque du 3 au 4 novembre 2015 à l’INHA
L’écriture documentaire de l’histoire : le montage en récit
Programme – cliquez ici

Rétrospective du 3 au 7 novembre 2015 au cinéma Méliès
Les communismes racontés par eux-mêmes au cinéma 

Programme – cliquez ici 

DokEst89 est une invitation à déplacer notre regard sur les expériences communistes, à partir des films documentaires est-européens de ces vingt-cinq dernières années. Le cinéma documentaire jouit d’une moindre visibilité que le cinéma de fiction. Il produit pourtant un matériau riche pour penser aujourd’hui l’écriture de l’histoire communiste.

La qualité de cette production contemporaine s’explique par des traditions documentaires solidement ancrées avant 1989. La naissance des écoles documentaires est-européennes a en effet coïncidé avec la fondation des régimes communistes. Cette émergence s’est faite notamment en réaction à l’esthétique et à l’idéologie des actualités filmées, mais au sein d’institutions (écoles, studios, collectifs, groupes de production) créées, encadrées et financées par les Etats socialistes. Au-delà des films d’éducation du travailleur socialiste et de célébration des succès du communisme, auquel on l’a parfois réduit, le cinéma documentaire a façonné des esthétiques critiques et plurielles. Reconnus à l’intérieur et à l’extérieur du bloc socialiste, ces films ont permis aux citoyens-spectateurs de côtoyer différemment le réel communiste et, en retour, d’imaginer et d’agir sur son avenir.

Après la chute des Etats socialistes, dans un contexte de production et de diffusion en mutation, les générations forgées avant la chute des régimes communistes ont continué à exercer — autrement — leur métier de cinéastes pour produire l’histoire, à partir d’un présent qui ne cessait de modifier son rapport au passé. En même temps, de nouvelles générations se sont emparées d’une multitude d’images produites avant 1989, en les détournant de leur finalité et en les mêlant à des images contemporaines. Ces films ont produit une palette de perceptions et de souvenirs, bouleversant ainsi à la fois l’écriture de l’histoire et celle du cinéma. Projetés aujourd’hui, ces documentaires sont autant de réservoirs d’images et de récits qui tendent à se substituer aux expériences communistes pour repenser un passé — et un présent — inachevés.

Comité scientifique : Ania Szczepanska (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, HiCSA), Nadège Ragaru (Sciences Po, CERI) et Mathieu Lericq (Aix-Marseille Université, LESA).

Le projet est organisé par l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (HiCSA), l’Agglomération Est Ensemble et la Marie de Montreuil, en collaboration avec Sciences Po (CERI).
En partenariat avec l’Institut Polonais de Paris, l’Institut Hongrois, le Goethe Institut, l’Institut Slovaque, le Centre Culturel de Serbie, l’Institut Roumain et l’Institut Culturel Bulgare.

Informations :
www.dokest89.wordpress.com
dok.presse@gmail.com

Cycle Vidéo et après – “Nadja Ringart : Bobines Féministes”

Le cycle Vidéo et après présente :
Nadja Ringart : Bobines Féministes

Lundi 19 octobre à 19h
Centre Pompidou
Entrée libre

« Aucune image de la télévision ne veut ni ne peut nous refléter. C’est avec la vidéo que nous nous raconterons ». Ainsi se conclut Maso et Miso vont en bateau, bande impertinente réalisée par Nadja Ringart avec Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Ioana Wieder en 1976. Féministe active dès l’émergence du Mouvement de libération des femmes, sociologue, administratrice du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir à sa création en 1982, Nadja Ringart est réalisatrice de films militants. Entre usages du passé et engagements contemporains, les pratiques vidéo qu’elle a nourries et continue de soutenir inscrivent son parcours au cœur d’une histoire résolument collective. Elle a également initié la plateforme de ressources numériques Histoire, mémoire et bobines féministes.

Séance avec Nadja Ringart, réalisatrice, féministe et sociologue, animée par Hélène Fleckinger, historienne du cinéma.

Projection/conférence organisée dans le cadre du programme de recherche « Cinéma/vidéo, art et politique en France depuis 1968 : dispositifs, archives, numérique » du Labex Arts-H2H avec l’Université Paris 8, la BnF et la collaboration du CNC, de l’IRI, de l’Université Paris-Lumières, d’Archives du féminisme, de l’Association Carole Roussopoulos et de la Bibliothèque Marguerite Durand (http://cinevideo.labex-arts-h2h.fr/).

« Vidéo et après » est un cycle de rencontres avec des artistes et des historien/nes de l’art proposant projections, conférences, performances et discussions. Parcourant l’histoire des pratiques artistiques liées à la vidéo et au son, depuis le début des années 1960 jusqu’à nos jours, « Vidéo et après » se consacre essentiellement aux vidéos d’artistes de la collection du Musée national d’art moderne.
Encyclopédie Nouveaux Médias : www.newmedia-art.org. Programme détaillé sur : www.centrepompidou.fr
Contact-Newsletter : videoetapres@centrepompidou.fr

Image : ​Foire des femmes à la Cartoucherie de Vincennes, juin 1973. © Monique Duriez.